dimanche 18 janvier 2015

[Otome kei] Rune Naito, l'un des précurseurs de la culture kawaii


Tel qu'utilisé de nos jours, le terme japonais "kawaii" signifie : mignon, joli, adorable. Il peut être utilisé pour une personne par son physique ou sa ma manière d'être ou bien pour un objet (vêtement, accessoire, ou autres). Tout peut être tellement "kawaii" que cela en est devenu un mouvement culturel porté notamment par la popularité des modes "Harajuku", les animés et les mangas. 

Le terme "kawaii" n'a pas toujours été un adjectif mélioratif. Il désignait initialement une personne à la fois timide, embarrassée, pathétique, vulnérable, adorable et petite. Une révolution "kawaii" a réellement opéré dans les années 70 mais elle aurait commencé bien avant.


Selon Sebastian Masuda, le créateur de la marque 6% Doki Doki (mais aussi le directeur artistique de Kyary Pamyu Pamyu), cette révolution tire ses origines des travaux d'un illustrateur japonais Rune Naito qui dessinait les couvertures d'un magazine de mode destinée aux jeunes filles au début des années 50, qu'il présentait avec de grands yeux, le visage souriant et un certain style esthétique, contribuant ainsi à la popularisation du terme "kawaii".



Malgré le décès de l'illustrateur en 2007, ses illustrations et sa vision esthétique lui ont survécu à travers la culture kawaii et aussi grâce à Sebastian Masuda qui y semble très attaché. Une grande exposition a ainsi été organisée en 2012 dans un des grands magasins PARCO à Tokyo. Nous avons eu également droit à un corner lors de la première édition du festival Tokyo Crazy Kawaii à Paris en 2013. De nombreux produits sont aussi dérivés de ses illustrations : accessoires, maquillage, figurines, stickers, etc.


L'illustrateur demeure assez méconnu en France (en dehors du Japon, de manière générale). Il est peu probable qu'il gagne en popularité à l'avenir mais si la boutique s'arrête à Paris comme elle a pu le faire à Los Angeles, il y a 2 ans, cela pourrait faire plaisir à beaucoup à un petit public averti. A bon entendeur.^^

Si l'otome kei existait vraiment, un lien entre les illustrations de Rune Naito et le style serait facile à établir. On retrouve dans ses jeunes filles, l'esprit mignon mais pas à outrance, un petit air rétro voire vintage que j'apprécie. D'ailleurs je me demande si elles n'ont pas inspiré la mangaka Ai Yazawa pour "Gokinjo Monogatari".


Pour aller plus loin :


6 commentaires:

  1. C'est marrant, j'avais croisé ce stand au TCK mais je n'avais pas trop prêté attention à cet "historique" comme il y avait très peu d'explications sur le stand !
    J'adore les portraits, un peu moins ces personnages en pied mais l'esthétique tellement 60's est très prenante. Merci de la (re)découverte ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien ! J'avais aussi découvert l'illustrateur à la TCK. Je suis contente d'avoir pris le prospectus ainsi que les stickers. Je vais essayer de trouver un de ses ouvrages.

      Supprimer
  2. J'avais aussi parcouru le stand à TCK mais comme il n'y avait pas d'explications je ne m'y suis pas non plus éternisée. Je dois toujours avoir une planche de stickers quelque part cela dit ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai retrouvé il y a peu ! Je pense que je vais la scanner.^^

      Supprimer
  3. Le style est vraiment chouette y compris ces textures apparentes de peinture. Toujours ravie de découvrir des pans de culture kawaii même si j'ai besoin pour m'y intéresser de ne pas y être confrontée trop longtemps XD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu pareil pour moi aussi mais ça vaut pour tout (sauf les lapins).^^
      J'aime bien les portraits mais niveau goodies (ou affiches / cartes postales), je les trouve insuffisamment exploité. :/

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...